Navigation Menu+

merle noir

Le merle noir turdus merula se pose fréquemment et cherche sa nourriture dans les buissons du square Louvois et dans les grilles recouvrantes des pieds d’arbre autour de la salle Ventadour (rue Dalayrac, rue Marsollier). Il niche aussi dans le quartier (arbres, buissons, jardinières sur les balcons, voire sous une porte cochère ouverte sur cour, du moment qu’il trouve des rameaux assez forts de bois comme de gaine de plastique ou de tuyauterie), comme dans tous les quartiers de Paris.

Il y a des merles résidents et des merles migrateurs qui viennent du Nord et s’installent d’octobre-novembre jusqu’en avril.

Le merle est un bon exemple d’une espèce qui s’est adaptée à l’écosystème typique urbain : chantant de très bonne heure le matin pour être entendu avant le brouhaha de la circulation dans la ville ainsi qu’au crépuscule, il choisit souvent des endroits à forte capacité de résonance (haut des toits donnant sur une place, antenne). Friand de vers de terre, insectes et baies, il mange également de la nourriture laissée par les humains, n’hésitant pas à aller dans les caniveaux et près des poubelles débordantes. Il peut nicher très tôt (ponte même en janvier ; envol des jeunes fin mars-début avril).

Le mâle est totalement noir, avec un bec jaune (sauf lors de son premier hiver quand son aile est légèrement brune et son bec sombre) et le tour de l’oeil jaune (appelé cercle oculaire). Pour ne pas le confondre avec un étourneau, il faut penser qu’il est rarement en groupe, contrairement aux étourneaux, saute les pattes jointes, fait quelque pas pas puis s’arrête à la recherche d’un ver, repart… et le merle est bien noir mais contrairement aux étourneaux sansonnet, n’est pas piqueté de blanc jaunâtre, et ses plumes n’ont pas de reflets métalliques vert et violet.

La femelle est brun foncé avec des tâches sur la poitrine et présente un bec foncé.

On reconnait vite le chant du merle avec un peu d’habitude, ainsi que son cri d’alarme pli-pli-pli-pli-pli… et chik-chik-chik

 

Souvent, on prend la merle femelle pour une grive quand on en cherche une car elles sont à peu près de même taille, mais le dessous des grives est blanc avec des taches alors que les merles sont brunes et n’ont pas de sourcil.

Pour garder des nids de merle, éviter de tailler les buissons entre avril et juillet ; arbustes à baies, petits fruits (fraises, framboises, groseilles) sont l’idéal pour les attirer.

crédits photographiques et sonores

By Romate (Own work) [CC BY-SA 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)], via Wikimedia Commons – By Pierre-Selim (Flickr: Turdus merula) [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons By Andreas Trepte (Own work) [CC BY-SA 2.5 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.5)], via Wikimedia Commons – chant : Lawrence Shove [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons